FN 04

Blog officiel du FN des Alpes de Haute-Provence

Après Manosque, Sisteron et Forcalquier, Malijai et peut-être encore d’autres communes, combien de temps encore nos élus vont-ils soutenir les conséquences dramatiques d’une immigration sauvage et illégale, tant pour les migrants que pour les Bas-Alpins ?

C’est une rumeur qui a contraint les pouvoirs publics locaux d’admettre l’arrivée de dizaines d’immigrés clandestins à Barcelonnette, démontrant le mépris total des élus concernés pour les habitants qui ne sont que mal ou tardivement informés sur un sujet aussi sensible.

Le FN04 a également découvert qu’un centre d’accueil et d’orientation aurait été ouvert en toute discrétion à Digne-les-Bains le 22 juin 2016.

Barcelonnette, des appartements gratuits pour les « migrants »

En s’abstenant de voter contre l’arrivée des « migrants » au prochain conseil municipal de Barcelonnette, considérant de manière assez absconse que « nous devons rester soudés » (sic), le courageux maire Pierre Martin-Charpenel (LR) se rend complice d’une cohabitation forcée entre les habitants et les immigrés clandestins.

Ce sont ainsi de nombreux T4 et T5 de la résidence les Allaris qui seraient réquisitionnés pour accueillir des dizaines de « migrants » d’ici quelques semaines, essentiellement des hommes célibataires, au détriment de familles de la région qui auraient pu en bénéficier.

Digne-les-Bains, ouverture discrète d’un centre d’accueil pour « réfugiés »

Dès septembre 2015, la maire pro-migrants Patricia Granet-Brunello (DVG) invitait les maires de la communauté de communes et de son canton à participer à un grand élan de solidarité pour les « réfugiés ».

Or, nous apprenons, selon le site internet de la « Plateforme des Comités d’Accueil de Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse » que l’élue est passée du fantasme aux actes (non-assumés) avec la très discrète ouverture, en plus du CADA, d’un centre d’accueil et d’orientation à Digne-les-Bains le mercredi 22 juin 2016 pour plusieurs dizaines « migrants » également venus de Calais (Soudanais, Afghans, Érythréens, Iraniens, Irakiens).

Cette information qui semble de source sérieuse n’a visiblement pas été relayée en toute transparence par la mairie de Digne-les-Bains via la presse locale.

Madame Patricia Granet-Brunello, les dignois ne méritent-ils pas la transparence ?

L’accueil des migrants, priorité des élus LRPS ?

Si certains objecterons que nous avons le devoir d’accueillir ces personnes qui « fuient la misère », le Front National 04 s’interroge une nouvelle fois avec bon sens et objectivité sur la vocation de nos territoires ruraux, qui connaissent eux aussi la crise, le manque de moyens financiers, le chômage et leurs lots de misère humaine, à déployer autant d’énergie et de moyens pour l’accueil de personnes entrées illégalement sur notre territoire et ,qui plus est, veulent rejoindre l’Angleterre !

Dans ce contexte, il nous semble scandaleux de mobiliser l’argent des contribuables pour loger des immigrés clandestins.

Ce sont nos SDF, nos compatriotes précaires et mal logés qui devraient prioritairement pris en charge et faire l’objet de toute l’attention des élus locaux ? De nombreux cas existent, comme l’illustre celui-ci :

En 2013, un couple d’octogénaire Barcelonnettes Pierre et Simone Audiffred, est retrouvé mort dans l’indifférence après avoir vécu dans l’isolement et la pauvreté la plus totale. Étonnamment, pas d’appel des élus du département pour combattre la pauvreté dans les Alpes-de-Haute-Provence comme Madame Patricia Granet-Brunello a pu le faire pour les « migrants ».

En 2016, l’Etat impose l’accueil des centaines de « migrants » dans les Alpes-de-Haute-Provence avec la collaboration active de nombreux élus locaux.

Cette prise de position est profondément injuste pour les Bas-Alpins qui souffrent, et ils sont nombreux :

Barcelonnette: 20% taux de pauvreté, 15 % de chômage chez les jeunes ;
Digne-les-Bains : 17 % de taux de pauvreté, 30 % de chômage chez les jeunes.
Il y a de moins en moins de moyens disponibles pour améliorer la qualité de vie des Bas-Alpins précaires, mais pour les « migrants », on sait trouver des millions d’euros !

De nombreuses aides gratuites pour les migrants

Combien leur accueil va-t-il coûter à la collectivité ? Si le maire de Barcelonnette, Pierre Martin-Charpenel, prétend avec audace que cela « ne nous coûtera rien », le Front national 04 affirme précisément le contraire.

La France a débloqué 613 millions d’euros pour 2016 et 2017, afin de financer l’accueil des « migrants ». Voici une liste non exhaustive des aides dont pourront bénéficier les « migrants », accueillis à Barcelonnette et Digne-les-Bains avec vos impôts :

Allocation temporaire d’attente, soit environ 350 par mois, versée par pôle emploi ;
Accès total et gratuits aux soins (hospitalisation, médecins, dentiste, etc.) ;
Assistants sociaux ;
Avocats ;
Traducteurs ;
Etc.

Et très vraisemblablement, avec l’aide d’associations subventionnées ou des collectivités :

Gratuité des transports en commun ;
Repas gratuits ;
Vêtements gratuits ;
Accès aux loisirs ;
Accès à une épicerie sociale et solidaire.

et la liste est encore longue…

Un dispositif perdant perdant

Après les lycées, les métros, les hôpitaux squattés dans les grandes centres urbains, on installe souvent de force les migrants dans nos paisibles campagnes.

En demandant à la France rurale de partager le calvaire vécus par les Calaisiens, le gouvernement déplace un problème avec la complicité active des nombreux élus sans volonté de le résoudre.

Selon une étude de La FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale), la plupart des migrants sont très fortement incités à quitter Calais pour rejoindre des CAO dans nos campagnes, dont plus de 25% les quittent rapidement après leur arrivée, notamment pour rejoindre Calais ou une destination inconnue !

Des craintes pour le tourisme et le commerce dans la vallée de l’Ubaye et le Dignois

A Calais, les témoignages d’habitants et de commerçants excédés affluent, comme celui de ce restaurateur qui constatait, hagard, dans un courrier au Premier Ministre, que les anglais représentent aujourd’hui 6 % de sa clientèle contre 40 % il y a encore quelques années, risquant de faire fermer son commerce. Les panneaux « à vendre » bourgeonnent dans les lieux jadis touristique et de nombreux Calaisiens fuient leur ville. Est-ce cette perspective que les maires de Barcelonnette et de Digne-les-Bains souhaitent offrir à leurs administrés ?

Par conséquent, le FN04 demande aux élus Bas-Alpins de faire preuve de bon sens et de courage pour agir contre l’arrivée continue de « migrants » sur notre territoire rural qui n’a ni la vocation, ni les moyens de les accueillir.

Laisser faire donnerait un bien mauvais signal aux Bas-Alpins en situation de précarité qui ne bénéficient pas de ce grand  élan de solidarité ni de cette débauche de moyens pour améliorer leur quotidien.

Mesdames et Messieurs les élus, entre le courage et l’indécence, vous devez choisir.

%d blogueurs aiment cette page :