FN 04

Blog officiel du FN des Alpes de Haute-Provence

20150216---PACA-Coradia-2---800x320

Alors que certains villages français de 400 habitants sont reliés aux grandes agglomérations par TGV, notre ville préfecture, Digne-les-Bains, est connectée depuis 2012 au réseau ferroviaire national par vélorail…et peut-être bientôt une piste cyclable appelée « voie verte ».

Le quotidien La Provence nous apprend qu’une réunion s’est tenue le 18 mai 2016, en toute discrétion, entre les élus des communes traversées par la ligne ferroviaire Digne-les-Bains/Saint-Auban pour enterrer tout espoir de désenclavement du dignois par le train. En effet, il n’aurait été question, lors de cette réunion, que du développement d’un projet de voie verte ou du maintien de l’activité Vélorail. Un projet des plus ambitieux pour l’emploi et l’attractivité du dignois !

Si ces deux options à vocation exclusivement touristique manquent cruellement d’ambition pour le développement économique du futur « Grand Dignois », elles ne peuvent pour autant pas être considérées comme de mauvais projets. Cependant, il n’est pas concevable d’enterrer unilatéralement et en petit comité la possible réactivation de la ligne SNCF reliant le Grand Dignois à Marseille, Avignon, Aix ou Lyon, au mépris de l’intérêt général ou du plus grand nombre !

Depuis la désactivation de cette ligne en 1991, Digne-les-Bains semble être ainsi la seule préfecture de France, avec Privas (8 000 habitants), à ne pas être reliée au réseau ferré national.

Et cette volonté de ne rien faire pour redonner aux habitants du Grand dignois, parfois sans véhicule personnel, l’espoir d’entendre à nouveau « siffler le train » dans nos territoires ruraux est d’autant plus incompréhensible que ce projet de réouverture semblait réaliste il y a seulement deux ans.

En effet, c’est en février 2013 que l’État, le Conseil régional et le Conseil général réaffirmaient leur souhait de faire aboutir le projet de réouverture de la ligne ferroviaire Digne / Saint-Auban, dont le coût avait été évalué à près de 100 millions d’euros, avant de l’abandonner au profit de dédoublement partiel de la RN85.

Faire revenir le train à Digne-les-Bains représente un investissement non négligeable, des contraintes techniques (surmontables) et une coordination solide, mais c’est surtout un vecteur d’espoir pour le désenclavement du grand dignois auquel il ne faut pas renoncer aussi facilement ! Le retour du train favoriserait notamment:
– l’accès au grand bassin d’emploi régional d’Aix-Marseille ;
– la liaison quotidienne entre les deux grands pôles d’activité du grand dignois ;
– le développement de la fréquentation touristique, actuellement freinée par l’absence de gare ferroviaire ;
– le décongestionnement de la RN85 qui supporte plus de 20 000 véhicules/jour avec de forts ralentissements aux heures de pointe ;
– le désenclavement physique, économique, social et psychologique, vecteur d’attractivité du territoire.

Parce que les habitants du Grand dignois méritent mieux qu’une piste cyclable de 22 km ou d’une simple draisine colorée pour aller travailler, attirer des touristes ou se déplacer, le Front national demande qu’une consultation publique soit organisée sur le projet désenclavement ferroviaire du Pays dignois ainsi que la réouverture du dossier de réactivation de la ligne Digne /Saint-Auban par l’Etat et les collectivités territoriales.

Le potentiel retour du Train dans le dignois est un enjeu essentiel pour son avenir. Il ne doit pas être enterré par quelques élus en catimini !

Grégory ROOSE
Responsable FN04 de la 1ère circonscription des Alpes de Haute-Provence

%d blogueurs aiment cette page :