FN 04

Blog officiel du FN des Alpes de Haute-Provence

Mauvaise foi

Les médias, La Provence de M. Tapie en tête, l’avaient promis : en appui aux politiques en place, à qui ils doivent tout, ils chercheraient par tous les moyens à décrédibiliser le programme du Front National pour les élections régionales afin empêcher l’élection de Marion Maréchal-Le Pen en PACA. Coûte que coûte, même au prix de l’honnêteté intellectuelle et du travestissement de la vérité. Peut-être pour la seule fois dans l’histoire de l’UMPS (devenue récemment l’RPS pour montrer que l’on ne s’en débarrasse pas si facilement malgré les fessées électorales des 12 derniers mois), les artisans du déclin de la France tiennent parole à travers leurs séides nourris aux subventions publiques.

Ils ne pouvaient cependant plus utiliser l’arme habituelle qui consiste à conspuer le Front National pour ses prises de position fermes sur l’immigration incontrôlée et de ses conséquences sur la sécurité de nos concitoyens, car les évènements tragiques de ces dernières semaines ont crédibilisé les alertes constantes du Front National depuis des mois et des années. Les Français, confrontés aux conséquences dramatiques du laxisme migratoire et judiciaire des gouvernements successifs depuis trop longtemps, n’étaient plus sensibles à cet argument réchauffé qu’on leur sert à toutes les élections depuis quatre décennies. A la lumière de l’insécurité à laquelle ils sont désormais confrontés, les Français veulent un retour au contrôle des frontières nationales ; ils ont également soif de retrouver le contrôle de leur identité, qu’on essaie de leur sacrifier de la manière forte sur l’autel de la laïcité.

Alors, ils ont d’abord essayé des arguments de la paresse intellectuelle, étiquetant le FN du label terrifiant de parti d’extrême-droite. Cette stratégie, qui a fonctionné pendant des décennies pour une population traumatisée par deux guerres mondiales et une décolonisation difficile, a cependant elle aussi fait long feu, la nouvelle génération de votants s’étant affranchie de la machine publique à culpabilisation individuelle, et les critères de l’extrême-droite ne s’appliquant pas, pour qui y regarde de plus près, au programme du Front National. Car n’en déplaise aux zélateurs, il existe une définition précise de l’extrême-droite, et on ne peut pas dire tout et n’importe quoi sous le prétexte que nous sommes des adversaires politiques gênants et ascendants. Pour être qualifié d’extrême-droite, il faut répondre a au moins 3 critères : l’antiparlementarisme, l’autoritarisme, et la doctrine basée sur la race. Or, le FN ne répond à aucun de ces critères. Marion Maréchal-Le Pen est députée à l’Assemble nationale, où elle défend la légitimité du parlement et souhaite le retour de sa légitimité mais aussi de ses compétences avec une meilleure représentativité du parlement. Par ailleurs, le FN défend le retour du référendum, et prône même un meilleur référendum d’initiative populaire. On est donc loin du concept d’autoritarisme. Enfin, Marion Maréchal-Le Pen, à l’image du parti dans son ensemble, n’est pas une racialiste. Elle défend en revanche l’assimilation plutôt que la simple intégration. En résumé, au Front National, nous ne sommes pas d’extrême-droite, mais plutôt d’extrême droiture !

Puis, ils ont attaqué –autre argument de la paresse intellectuelle !- la jeunesse et l’inexpérience de notre candidate. Comme s’il valait mieux continuer de voter pour ceux qui ont mis, année après année, élection après élection, la Région à genoux plutôt que d’essayer une nouvelle tête, vierge de clientélisme et de scandales. Pourtant, n’est-ce pas M. Estrosi qui a flanqué son affiche de campagne d’un « Ça va changer » ? Le meilleur changement, c’est de ne pas répéter le même mauvais film avec les mêmes mauvais acteurs lorsque l’on sait que l’histoire s’est révélée être un désastre pour les spectateurs ! Et deux messages pour M. Estrosi dont la paresse de l’argument est révélatrice. Premièrement, le talent n’attend pas le nombre des années ; et le nombre des années n’octroient pas le talent. Deuxièmement, on ne dirige pas une région tout seul en démocratie M. Estrosi ; donc l’argument de l’inexpérience est malvenu. Pour ceux qui, comme M. Estrosi, surfent sur les peurs en expliquant que Marion Maréchal-Le Pen ne saurait pas gérer la région PACA en cas d’élection, ils doivent savoir que parmi l’éventuel exécutif on trouve des élus, des chefs d’entreprises, des médecins, des avocats…et une priorité: réduire l’usine à gaz coûteuse mise en place par le PS. Des chiffres ? Selon l’INSEE, en 2012 (c’est-à-dire avant la compression du nombre de régions de 22 à 13), la PACA était la 3eme région de France la plus gourmande en termes de nombre de fonctionnaires territoriaux, seulement derrière l’Ile de France et la Corse, avec 8,9 agents de la fonction publique pour 100 habitants.

Ils ont ensuite attaqué via l’angle de la culture, faisant craindre qu’une fois aux commandes de la Région, le FN utiliserait la culture comme variable d’ajustement du budget régional, dans une région au patrimoine culturel éminemment prégnant. Encore une fois, la mayonnaise n’a pas pris, car les mairies FN de la Région sont autant de contre-exemples à cette idée saugrenue. Au contraire, le programme de Marion Maréchal-Le Pen a pour objectif d’accompagner toutes les initiatives culturelles qui pourront faire rayonner la région PACA. Par contre, il est vrai que les subventions seront retirées aux associations qui ne respectent pas les règles (notamment déontologique et d’éthique) et lois (notamment la loi 1901) en vigueur sur notre territoire, dans un souci de mettre un point d’arrêt au clientélisme et l’achat de la paix sociale avec l’argent du contribuable. D’ailleurs, si le programme du Front National était une calamité pour la vie culturelle régionale, serait-il cohérent que la plus ancienne galerie d’art contemporain de Nice soit tenue par un élu FN ?

En mal de nuire à l’image de notre candidate et à son programme pour la Région, il ne reste désormais aux médias qu’une seule cartouche : le programme économique. Et, depuis plusieurs jours, avec la complicité du Ministre de l’Economie M. Macron, avec la complicité du MEDEF et autres chefs de grandes entreprises françaises, grands bénéficiaires de l’ultralibéralisme qui permet le dumping social et la maximisation des profits au détriment du patriotisme économique et de l’emploi sur notre territoire, ils chargent le Front National en répandant la rumeur que si le FN était élu en région PACA, l’économie de la Région en souffrirait terriblement. Mais, attendez une minute, quelle est la situation actuelle de la Région, par exemple en termes d’emplois ? Selon les derniers chiffres de l’INSEE, avec un taux de chômage de 11,6% de la population active, notre région est au-dessus d’une moyenne hexagonale située à 10%. La région PACA ne fait par ailleurs pas exception à la tendance haussière du nombre de demandeurs d’emplois en France, avec actuellement 466 130 chômeurs, dont 1 469 personnes supplémentaires en un mois (+0,3%) en octobre. Dans les Alpes de Haute-Provence, la hausse est de 1.8% ! Sur le terrain commercial, la valeur de nos importations est 60% plus élevée que celle de nos exportations, créant une balance commerciale régionale fortement déficitaire. Au total, le produit intérieur brut par habitant est de 30 800 euros, bien en-dessous, là encore, de la moyenne française (32 527 euros). Avec un bilan aussi déplorable, comment peut-on sérieusement penser que voter l’RPS serait la solution, tandis que voter FN génèrerait le problème ?

Ca va changer? Seulement si le 13 décembre prochain, une majorité de nos concitoyens votent La France PLEIN SUD ! Avec Marion. Ensemble, nous réinstituerons le patriotisme économique dans l’octroi des marchés publics pour créer des opportunités d’affaires au sein de la Région, qui seules pourront générer de l’emploi. Nous augmenterons la part du budget de la Région dédiée au soutien aux acteurs du secteur privé, seuls moteurs de véritable croissance et d’emplois, en réduisant les gaspillages faits par ailleurs. Pour nous la Région ne doit pas être un acteur économique. Son rôle doit être plutôt d’aiguiller, de faciliter, d’harmoniser, cela au service des véritables acteurs économiques que sont les entreprises, en priorité les petites. Nous faciliterons l’accès des PME/TPE et des artisans aux aides de la Région. Car aujourd’hui, n’en déplaise à l’RPS et à leur affidés bénéficiaires d’un clientélisme de moins en moins discret, le développement économique est le parent pauvre de la région PACA : moins de 1% des entreprises de PACA sont soutenues par la Région !

Ensemble, le 13 décembre prochain, mettons une bonne droite à la gauche !

%d blogueurs aiment cette page :