FN 04

Blog officiel du FN des Alpes de Haute-Provence

photo-1_refiugies_briancon

Après Sisteron, Manosque, c’est au tour de villes et villages plus petits du département des Alpes de Haute-Provence de recevoir des clandestins (appelés poliment des migrants ou cyniquement des refugiés), à l’image de Malijai tout récemment. D’autres suivront. Cette politique de l’accueil pose plusieurs problèmes.

Premièrement, celui du respect de la démocratie. En effet, ces décisions sont prises le plus souvent de manière non-démocratique. Les habitants ne sont pas consultés, et parfois même les maires sont mis devant le fait accompli par un Etat qui impose l’accueil, via la réquisition de logements sociaux, réhabilités pour l’occasion, comme cela s’est passé à Sisteron. L’Etat impose l’accueil de clandestins en situation irrégulière sur notre sol à une population locale déjà en proie au chômage de masse, à la précarité, et à l’abandon par l’Etat. La première des démocraties est celle qui consulte le peuple plutôt que d’imposer la cohabitation avec une population étrangère, à qui de surcroit on donne tout sans compter et sans contrepartie.

Deuxièmement, celui de la fraternité. Pourquoi l’Etat si enclin à la générosité envers les étrangers, n’a jamais pu mobiliser autant de ressources pour les Français en demande de logements sociaux, qui doivent la plupart du temps attendre plusieurs années avant d’espérer accéder à un logement social ? La première des fraternités pour l’Etat devrait être celle qui protège les Français d’abord. Au lieu de cela, les autorités prennent aux Français pour donner aux étrangers.

Troisièmement, celui du mensonge. Les autorités tentent de nous convaincre qu’il est de notre devoir d’accueillir une population vulnérable qui provient de la Syrie ou de la Libye, pays en proie aux atrocités commises par la guerre provoquée par la naissance de l’Etat islamique. Pourtant, les clandestins qui foulent notre département sont pour leur écrasante majorité des jeunes hommes entre 20 et 30 ans, provenant de pays d’Afrique sub-saharienne tels que l’Ethiopie, l’Erythrée, le Soudan ; des pays pauvres, certes, mais qui ne sont pas en guerre ; des populations en pleine force de l’âge. La première des vérités seraient d’avouer que la crise migratoire que nous traversons n’est pas liée à l’Etat islamique, mais que cette guerre n’a servi que de prétexte à une population africaine jeune pour gagner la France dans l’espoir d’y jouir du système social reconnu pour être le plus généreux d’Europe avec les étrangers, même en situation irrégulière.

Enfin, celui de la sécurité. Les clandestins qui arrivent ne partagent rien avec la population locale. Ni la langue, ni l’éducation, ni la culture, ni le mode de vie. Après quelques semaines ou mois sur place, que feront ces jeunes hommes de 20 à 30 ans sans formation et arrachés de leurs racines et qui découvriront que la France d’aujourd’hui n’est pas aussi riche que celle qu’on leur a vendu chez eux ? La première des responsabilités des autorités est de protéger le peuple ; or dans ce cas précis elles mettent sciemment les populations autochtones en danger, comme si elles les méprisaient.

Le Front National des Alpes de Haute-Provence dénonce la manière dont le gouvernement gère la crise migratoire, avec la complicité de certains maires comme à Forcalquier. Nous dénonçons également le laxisme de la droite locale qui se laisse imposer sans réagir les folies du PS ! Avec ce gouvernement, ce sont les autres avant les nôtres ! Cela suffit !

One thought on “Communiqué : Les autres avant les nôtres dans le 04, cela suffit !

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :