FN 04

Blog officiel du FN des Alpes de Haute-Provence

Avant les élections municipales, monsieur le maire Bernard Jeanmet disait, à qui voulait l’entendre, que Manosque n’est pas Chicago et que la délinquance baisse dans notre ville.

Cette politique de l’autruche est abondamment reprise par tous les médias locaux.

La réalité est, malheureusement, bien différente. Depuis 2009 on constate une hausse inquiétante des crimes et délits dans notre département.

  • Atteintes à la dignité et la personnalité +62.7% ;
  • Outrages à dépositaires de l’autorité +52.2% ;
  • Escroqueries et abus de confiance +2.9% ;
  • Falsification et usages de chèques volés +35.4% ;
  • Falsification et usages de cartes de crédit +85.7% ;
  • Atteintes volontaires à l’intégrité physique +9.7% ;
  • Menaces et chantages +23.51% ;
  • Autres délits +20.5% ;
  • les violations de domicile + 45.5% en 2013.

Le journal la Provence titrait le 16 Juillet dernier «  Manosque troisième ville la plus cambriolée en France»

Ses chiffres ont été mesurés dans le département des Alpes de Haute Provence pour l’année 2013 par l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses pénales.

Ce constat, bien que choquant, ne nous a malheureusement pas surpris.

Les Manosquines et les Manosquins que nous avons rencontrés lors de la campagne des municipales avaient pour préoccupation première la sécurité dans notre belle ville. Écoutant nos concitoyens, nous avions, d’ailleurs mis le problème d’insécurité au centre de notre campagne.

Pour mieux comprendre ce problème, il faut d’abord mesurer les paramètres qui favorisent cette explosion de la délinquance.

De tout temps, Manosque a subi une petite délinquance comme dans toutes les villes de France et une mafia endémique qui est due au fait que notre ville est une ville ouverte et que depuis fort longtemps elle a accueilli certains réseaux mafieux marseillais ; mais ce facteur à lui seul n’explique nullement cette flambée de méfaits.

Le second paramètre vient de la sécurisation de la ville de Marseille. Depuis 2012 monsieur Valls a fait de Marseille, son laboratoire contre la délinquance. Les effectifs de la police nationale comptent aujourd’hui 3 500 fonctionnaires, plus une compagnie de CRS de 80 hommes et un escadron de gendarmerie mobile de 120 hommes. Dans le même temps monsieur Gaudin a renforcé les effectifs de la police municipale qui est passée de 229 fonctionnaires en 2012 à 435 en 2014. La protection passive, quant à elle, est passée de 240 caméras à 1000 aujourd’hui.

Incendie criminel place de la Mairie ces derniers jours

Incendie criminel place de la Mairie ces derniers jours

Cette montée en puissance de la sécurité à Marseille porte ses fruits, -4.12% de délinquance en 2013 avec une chute de 20.51% des vols avec violence.

Il ne faut pas croire que cette délinquance a été éliminée, elle a été simplement déplacée et elle sévit aujourd’hui dans notre département.

Le troisième paramètre est issu des effets délétères de l’espace Schengen.

L’ouverture de nos frontières a permis aux mafias roumaine, moldave, ukrainienne, biélorusse et albanaise de mettre en place des filières qui viennent en France faire leurs

« courses » et notre département en est bien sûr impacté.

Le dernier paramètre, qui n’est pas le moins important, apparaît des réformes laxistes de la justice faite par madame Taubira. Ces réformes ont pour effet de laisser les délinquants en liberté et ainsi ils peuvent à loisir continuer leur petit commerce. De plus ces lois ont un effet dévastateur sur le moral des forces de l’ordre, qui croisent le soir les délinquants qu’ils ont appréhendés la veille.

Manosque pataterie

Incendie criminel encore…La Pataterie

Toutes ces problématiques ont pour conséquence l’aggravation durable des délits dans notre ville.

Il devient vital d’avoir une politique sécuritaire efficace.

La tache est immense et les enjeux sont importants. Je déplore simplement que nos décideurs installés dans leurs douillets bureaux et assis dans leurs confortables fauteuils ne prennent pas la mesure de ce problème et laissent mes concitoyens face à ses menaces.

La vidéo surveillance, dada de l’UMP à Manosque, était déjà proposée par les candidats FN en 1989…Mr Jeanmet était déjà un élu de la majorité à l’époque.

Il faudra aussi s’interroger sur l’explosion d’une insécurité volontairement non mesurée : incivilités, vandalismes, stationnements anarchiques devant certains commerces du tour de ville…

Eric SAUVAIRE

Conseiller Municipal de Manosque

%d blogueurs aiment cette page :